Sciences humaines

Editions Non Lieu

224, rue des Pyrénées - 75020 Paris

L'Orient-Express, véhicule des fantasmes

L’Orient-Express, véhicule des fantasmes

Méryem Hani

ISBN 978-2-35270-136-1

20 €
Cette étude originale porte sur la construction idéologique de la modernité sous l’angle ferroviaire, elle montre comment la création et le développement de l’Orient-Express a bouleversé notre façon de voir le monde à la fin du XIXe siècle, l’aiguillant vers des représentations qui sont encore en partie les nôtres aujourd’hui.
En franchissant les frontières, le train a rapproché l’Orient des Français. L’Orient-Express, singulière entreprise moderne trans-européenne, permit les premiers contacts entre Occident et Orient et encouragea, certes pour une minorité de nantis, sinon la connaissance du continent et de ses habitants, du moins sa première perception et la constitution des premiers lieux communs.
En outre, cette entreprise industrielle titanesque exacerba les clivages de classes, à travers une presse populiste qui ne manqua pas de stigmatiser le luxe, le lucre et l’oisiveté d’une bourgeoisie corrompue, dont l’Orient-Express aurait été l’outil des turpitudes.
Et l’intérêt, essentiel, de cet ouvrage, est de montrer comment, autour de ce train, se forgent alors les représentations de la bonne société sur les femmes. À l’époque, en effet, s’amorce en Occident un mouvement d’émancipation, certes encore timide en France, qui permet à certaines femmes de se libérer du carcan du mariage, du père et de l’Église ; l’Orient-Express est perçu comme un instrument de cette libération, et celles qui voyagent seules comme des dévergondées.
En contrepoint de l’image d’une Lilith occidentale, réellement mais encore partiellement débarrassée des hommes, se forge un autre fantasme, celui d’une femme orientale soumise, voilée, prête à réaliser tous les désirs masculins.


Méryem Hani est historienne et enseignante.


Octobre 2013, 240 pages, 115 ill. N&B.




<< Revenir à la page précédente | Voir le catalogue >>