Romans, nouvelles, poésie

Editions Non Lieu

nonlieu@netcourrier.com

La Mort de Smaïl-aga Tchenguitch

La Mort de Smaïl-aga Tchenguitch

Ivan Mažuranić

ISBN 978-2-35270-107-1

20 €
Ivan Mažuranić (1814-1890), qui fut le premier ban (gouverneur) roturier de la Croatie alors sous administration austro-hongroise, est l’auteur d’un des chefs-d’œuvre de la littérature de son pays, traduit en maintes langues étrangères, La Mort de Smaïl-aga Tchenguitch, un poème en cinq chants, composé de 1134 vers.
Inspirée d’événements réellement survenus dans la première moitié du xixe siècle, La Mort de Smaïl-aga Tchenguitch raconte une histoire somme toute assez banale en son temps, représentative des rapports turco-monténégrins et, plus largement, turco-slaves au cours des siècles durant lesquels les Slaves du Sud vivaient sous la férule de l’Empire ottoman. Présenté comme un « preux », mais aussi comme un homme particulièrement cruel, l’aga Tchenguitch est un tyran d’Herzégovine qu’une compagnie monténégrine – dépêchée secrètement par le « seigneur » de Cetinje, Petar II Petrović Njegoš (1813-1851) – et des membres de la tribu Drobnjaci tuent en 1840 à Mljetičak, le jour où « la bête féroce » vient sur le territoire de cette dernière percevoir son tribut, le harač. Considéré comme un « chant de haine » par certains, La Mort de Smaïl-aga Tchenguitch l’est assurément, non pas d’incitation à la haine de son prochain, mais de haine contre la tyrannie et les tyrans, une haine libératrice que, aux yeux du poète, justifie l’atteinte à la liberté et à la dignité des peuples et des personnes commises par les puissants et les impérialismes.

Antoine Sidoti est docteur ès Langues et Littératures étrangères. Il est l’auteur de nombreux travaux sur le Monténégro. Il a publié dernièrement L’Utilisation du poète Njegoš du fascisme au titisme. Timbres-poste et propagande en Yougoslavie (Paris, CNRS Éditions 2008) et la première traduction intégrale en français de La Couronne de montagne de Pierre II Petrović Njegoš (en collaboration avec Christian Cheminade), Paris, Non Lieu, 2010.

Livre bilingue 168 pages, septembre 2011.



<< Revenir à la page précédente | Voir le catalogue >>