Benjamin Fondane

Editions Non Lieu

224, rue des Pyrénées - 75020 Paris

Rimbaud le voyou

Rimbaud le voyou

Benjamin Fondane

ISBN 978-2-35270-090-6

15 €
Rimbaud le voyou fut du vivant de Benjamin Fondane et demeure après sa mort son livre le plus lu. Dans cet essai polémique, il dénonce les tentatives de récupération du poète des Illuminations tant par les surréalistes que par des écrivains catholiques. Pour lui, si Rimbaud atteint au mythe, c’est paradoxalement parce que son œuvre paraît trancher de tout son éclat le nœud gordien qui lie la création artistique à la vie. Conjointement à sa lecture du philosophe Léon Chestov, Fondane dans son essai en sonde la portée éminemment existentielle. La thèse du « voyou » met en tension le « tempérament métaphysique » de Rimbaud, sa soif d’absolu, sa « gourmandise », et la valeur programmatique de la « Lettre du Voyant », qui revient selon Fondane à tricher en s’emparant « de l’Inconnu par un coup de force ».

Écrivain déjà reconnu en Roumanie, Benjamin Fondane s’établit à Paris en 1923 à l’âge de 25 ans. Il est tout à la fois poète et philosophe, critique littéraire, dramaturge et cinéaste. Résolument « moderne », attentif à l’avant-garde, il se tient à distance des écoles et des doctrines, des mouvements politiques et littéraires. En effet, si Fondane est profondément marqué par les courants intellectuels et artistiques de son temps, il s’en méfie et cherche sa voie propre, sa réponse personnelle aux questions intemporelles comme aux questions posées par l’époque. Sa clairvoyance ne peut lui éviter un destin tragique : déporté à Auschwitz, il est assassiné dans la chambre à gaz de Birkenau le 2 ou le 3 octobre 1944.

Préface de Michel Carassou, spécialiste des avant-gardes littéraires (dada, surréalisme) et de l’histoire de l’homosexualité (Paris gay 1925, Non Lieu, 2008).

222 pages, novembre 2010.



<< Revenir à la page précédente | Voir le catalogue >>