Romans, nouvelles, poésie

Editions Non Lieu

nonlieu@netcourrier.com

Sous le feu la cendre

Sous le feu la cendre

Jean El Mouhoub Amrouche

ISBN 978-2-35270-118-7

14,50 €
Né en 1906 à Ighil Ali, en Algérie, dans une famille kabyle de la vallée de la Soummam, Jean El Mouhoub Amrouche a passé sa jeunesse à Tunis. Sa famille s’était convertie au catholicisme et avait adopté la langue française, langue qui sera celle du poète. Sa mère, Fadhma Aït Mansour a laissé des mémoires : Histoire de ma vie (1968, Maspero). Sa sœur, Taos Amrouche, a été la première romancière algérienne de langue française et l’interprète des chants kabyle.
Jean El Mouhoub Amrouche fut successivement professeur, poète (Cendres, Étoile secrète, Chants berbère de Kabylie...), critique littéraire, animateur de revue (L’Arche, créée avec le soutien d’André Gide et éditée par Édmond Charlot), écrivain engagé (L’Éternel Jugartha), intervenant à Radio-France Alger pendant la guerre, puis à Radio-France Paris. Il eut alors l’occasion de s’entretenir avec tous les grands noms de la littérature et de la philosophie. Certains de ses entretiens (avec Mauriac, Gide, Claudel, Guiseppe Ungaretti...) sont restés célèbres et édités sur disques.
Il fut chassé de Radio-France par Michel Debré après avoir servi d’intermédiaire entre les instances du FLN algérien et le général de Gaulle dont il était un interlocuteur privilégié. Militant de l’indépendance algérienne, il est mort d’un cancer quelques jours après la signature des accords d’Évian.
S’il n’a plus publié de recueil de poésie après 1940, Jean Amrouche n’avait pas cessé d’écrire des poèmes. Ceux qui constituent le présent recueil, retrouvés en marge de son Journal, témoignent que, derrière ses activités multiples, Amrouche était resté un très grand poète.


Tassadit Yacine Titouh, spécialiste de la culture berbère, est directeur de recherche à l’École des Hautes Études en sciences sociales (Laboratoire d’Anthropologie sociale). Elle est notamment l’auteur de Poésie berbère et identité, de L’Izli ou l’amour chanté en kabyle (Éditions de la MSH) et de Les Voleurs de feu (La Découverte). Elle anime la revue d’études berbères Awal, fondée en 1985 avec l’anthropologue algérien Mouloud Mammeri. En 2009, elle a édité et présenté le Journal 1928-1962 de Jean Amrouche (Éditions Non Lieu).

192 pages, mai 2012.




<< Revenir à la page précédente | Voir le catalogue >>